CJD Toulouse

Éditions précédentes

Le succès des précédentes éditions

11ème édition (2018)

Bienheureux les fêlés car ils laissent passer la lumière

Nous sommes nés avec la faculté de rêver. Enfant, à travers le jeu, nous avions cette capacité de Rêver et de rendre réelle, pour nous, notre imagination ! Notre perception enfantine du monde était un monde des possibles, un monde sans limites… Et puis très vite tout bascule : les notes, la compétition, l’éducation, la nécessité de «gagner sa vie», nous ont conduit à négliger cette part de nous-même.

Nous sommes mis à « rationaliser », à mener une vie « raisonnable » et finalement « formatée ». Une phrase en particulier, que nous avons tous entendu, nous fait basculer : au son de « sois raisonnable, tu n’es plus un enfant ! »
Pour cette soirée, le CJD vous invite à retrouver votre « enfant intérieur », à venir questionner vos envies, vos désirs, votre enthousiasme… et finalement vos rêves.

« Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors il l’ont fait » disait Marc Twain.

Plaquette Programme

10ème édition (2017)

Un intellectuel assis va moins loin qu’un con qui marche

Hier la connaissance était un livre à apprendre, souvent par cœur, auquel l’humanité ajoutait un chapitre de temps en temps. Les derniers universalistes qui connaissaient TOUT ne sont pas si loin : les Pic de la Mirandole, les Lumières qui créèrent la première Encyclopédie…La connaissance était une fin en soi, un aboutissement.Elle permettait à l’Homme d’être en capacité de « pouvoir » sur sa vie, sur les autres, de s’élever socialement et matériellement.

Aujourd’hui, la connaissance est partout à disposition. Sur son smartphone, dans sa poche. Tout l’enjeu est désormais de la qualifier, de l’agencer selon son besoin et selon les circonstances du moment.

L’apprentissage c’est aujourd’hui jouer et jongler avec la connaissance pour en tirer une nouvelle richesse qui sera plus grande, supérieure à la matière première initiale…recommencer encore !

Les réflexions d’Edgar Morin et Idriss Aberkane ont passionné les convives autour du thème passionnant qu’est l’apprentissage !

Plaquette Programme

CJD Toulouse

9ème édition (2016)

L’émotion a-t-elle une place dans l’entreprise ?

Chaque entreprise a sa propre culture liée à ses antécédents, son histoire ou encore ses valeurs. Cette culture émotionnelle remet l’individu au cœur de l’entreprise comme acteur responsable de ses actes. Cela créer une relation d’échange entre les salariés.

Au CJD, on apprend à dévoiler ses émotions pour pouvoir s’exprimer plus facilement et faciliter l’échange. Pour la 9ème édition de la soirée Prestige, le mercredi 8 juin au casino Théâtre Barrière à Toulouse les jeunes dirigeants du CJD ont créé l’évènement en traitant le thème de l’émotion avec Christophe André.

Je ris, je pleure,
Je vis, je meurs
Je m’étonne et je m’exclame mais ce faisant, je crains le drame.
Et pourtant je ne suis pas acteur,
Non, je suis entrepreneur.

Quelle place dans l’entreprise pour l’émotion en 2016 ? Pouvons-nous nous laisser gagner par cet état ? Y-a-t-il une place pour l’élan d’émotion ? Le 8 juin 2016, la plus grande soirée économique de l’année à encore été un succès. Le Casino Barrière s’est fait l’écrin d’un moment inoubliable, plein d’émotions et de passion. Un rendez-vous économique vraiment décalé, comme seuls les jeunes dirigeants peuvent en inventer. Entre l’ambiance, les invités et la thématique proposée : tout a été au rendez-vous pour que la soirée soit une vraie réussite !

Plaquette Programme

8ème édition (2015)

Faisons de nos entreprises des œuvres d’art

Faire de nos entreprises des oeuvres d’art, c’est ce que l’on apprend au Centre des Jeunes Dirigeants d’entreprise (CJD) – France qui est un endroit rare où l’on forme des dirigeants à être des femmes et des hommes respectueux de la dignité humaine, loyaux, responsables et solidaires pour mettre l’économie au service de l’Homme.

Les entrepreneurs sont pour la grande majorité des artistes capables de se connecter à leurs émotions, à leur  environnement, à leur communauté d’acteurs. Ils décèlent les signaux indicateurs des besoins de demain pour dessiner des offres disruptives. Ils anticipent les changements fondamentaux de leurs activités et façonnent des entreprises où il fait bon vivre et travailler.

Tous les dirigeants vous le diront, la création d’entreprise c’est un rendez-vous en terre inconnue.
Aussi, nous avons été heureux et fiers d’accueillir l’un des nôtres : Entrepreneur, Artiste, visionnaire : Frédéric Lopez, producteur de l’émission « Rendez-vous en Terre Inconnue ».

En synthèse de cette soirée et si faire de nos entreprises une oeuvre d’art ce n’était pas simplement oser partager nos rêves pour rendre nos entreprises plus humaines et tournées vers demain ?

Plaquette

7ème édition (2014)

Si le temps m’était compté

Le temps, c’est l’angoisse, alors on court, on remplit nos journées, on lutte contre nos peurs, contre notre âge, contre ce temps qui s’écoule irrémédiablement, en le remplissant de toujours plus de choses. Faire plus de choses pour rallonger le temps… quelle drôle d’idée.

Perdre son temps… voilà peut-être comment en gagner. Le farniente nous offre de savourer au mieux ce temps après lequel on court car c’est finalement lorsqu’on on ne fait rien qu’il nous paraît le plus long. A trop vouloir remplir le temps, on ne le voit plus s’écouler. Mais finalement ce temps existe-t-il réellement ? Est-il le même pour tous ? Peut-il s’acheter ? Des questions auxquelles nos intervenants experts, Raphael Enthoven, Etienne Klein et Rémy Oudghiri accompagnés par les inénarrables Calixte de Nigremont et la troupe du Grenier de Toulouse ont répondu le 25 juin dernier pour le plus grand bonheur de plus de 1000 participants !

Le temps a suspendu son vol lors d’une soirée une nouvelle fois passionnante !

Programme

6ème édition (2013)

Le sens de la réussite

« J’ai réussi et j’en suis fier, au fond je n’ai qu’un seul regret, j’fais pas c’que j’aurais voulu faire… » les fans de Starmania auront reconnu la chanson le blues du businessman qui se termine par les mots « … pour pouvoir dire pourquoi j’existe ». Donner un sens à sa vie, certains y réussissent en fondant une famille, d’autres en accomplissant des exploits, ou d’autres encore dans le monde professionnel.

Mais la réussite, le succès, la reconnaissance sont-ils vraiment des moyens de donner du sens à son existence ? Pourquoi vouloir réussir ? Qu’est-ce que réussir ? Quand a-t-on réussi ? Où sont les limites ? Pourquoi toujours vouloir plus ? Quand s’arrêter ?… Alors à tous ceux qui avancent en oubliant de relever la tête, aux bourreaux de travail, aux infatigables, à ceux qui courent après la reconnaissance, après la vie, après l’argent ou après leur réussite, à tous ceux-là et à tous les autres, cette soirée vous a été dédiée.

Une salle comble de 1200 personnes, un Luc Ferry pertinent, un Grenier de Toulouse plus drôle et plus pertinent que jamais, un Calixte de Nigremont spectaculaire, voilà ce qu’y a participé à ce que cette soirée soit une REUSSITE !

Plaquette

5ème édition (2012)

Sexe, morale et entreprise

Profondément tabou et pourtant tellement réelle, la « relation amoureuse » dans le cadre professionnel concerne plus d’un tiers des français sans distinction de postes, d’activité ou de CSP. Tout le monde est touché. Sexe et entreprise cohabitent chaque jour, certainement depuis bien longtemps. Et quoi de plus normal si l’on observe que nous passons plus de la moitié de notre temps au travail ?

Une fois encore, le CJD a souhaité « agiter » les consciences en proposant une thématique impertinente et a permis de lever des tabous sur les relations amoureuses en entreprise. La prise de risque sur le sujet en valait la chandelle, cette soirée fût un énorme succès. Le Casino-Barrière, la Garden Party, Compte Sponville, Loïc Roche, le Grenier de Toulouse et les 1000 spectateurs ont permis de faire de cette soirée, la plus grande soirée économique de l’année à Toulouse.

4ème édition (2011)

Et si le bonheur était rentable

1000 acteurs de l’économie toulousaine étaient réunis le 29 juin 2011 au Casino Théâtre Barrière pour assiter à la Conférence Prestige du CJD Toulouse sur le thème « Et si le bonheur était rentable? ».

Introduits par le célèbre maitre de cérémonie Calixte de Nigremont, le prospectiviste Marc Halevy, le philosophe Vincent Cespedes et Gontran Lejeune, architecte des relations humaines et président national du CJD de 2008-2010 ont donné à cette soirée remarquée la profondeur et l’émotion que le public attendait.

Pour clore sur une touche de légèreté et de bonheur gustatif, la garden party et son buffet gourmand ont fini de ravir les invités de cette soirée … de prestige.

3ème édition (2010)

2020, l’odyssée de l’entreprise

>> 1938
En 1938, une poignée de jeunes chefs d’entreprise ne trouvant pas à se faire entendre dans les milieux patronaux du moment, fonde le Centre des Jeunes Patrons (CJP, devenu CJD par la suite) pour « réhabiliter la fonction patronale » et « mettre l’économie au service de l’Homme ».

>> 2008
Aujourd’hui le CJD oeuvre pour une entreprise qui développe sa performance dans tous les domaines : économique, social, sociétal et environnemental.

>> 2020
Quelles seront les effets de la performance globale telle que nous l’appliquons aujourd’hui dans nos entreprises ? Qu’est-il possible de faire aujourd’hui pour agir sur demain ? Que doit-on faire pour avoir, en 2020, des entreprises pérennes agissant conformément aux valeurs que nous portons aujourd’hui ? Bien d’autres questions ont été traitées par les différents intervenants de cette conférence- spectacle : Philippe Bloch, André Yves Portnoff, Jacques Bregeon… L’entreprise du futur sera une entreprise responsable où l’homme sera au centre de son économie et l’économie sera enfin au service de la vie

2ème édition (2009)

Les bienheureux de la marge brute

« La troupe des Bienheureux de la Marge Brute en a écouté des histoires d’entreprises avant de les chanter ! La comédie musicale proposée au public de Pandora est inspirée de l’expérience de 29 dirigeants des plus grandes entreprises de France. « Les bienheureux de la marge brute » c’est l’entreprise, face à ses quatre parties prenantes (actionnaires, clients, salariés et partenaires), racontée avec humour et émotion !

Les débuts intenses, les moments difficiles, les tentatives de solutions, les échecs, puis la renaissance et la maturité enfin acquise… De la « complainte du salarié » au « slow du publicitaire » en passant par « le ballet des consultants » et « le branle du chef » chacun en prend pour son grade ! Le public a fait preuve d’un grand sens de l’autodérision : au final la salle entière était debout… encore une fois ! »

1ère édition (2008)

Le quatuor annesci

« Le Quatuor Annesci a réellement su amener la salle comble d’Odyssud à une atmosphère et une émotion en décalage avec l’image que l’on a d’une soirée sur l’entreprise. Comment ne pas rire lorsqu’un chef d’entreprise se prend au rôle de chef d’orchestre en agitant les bras parfois en rythme, parfois non? En réalité, par le rire et l’insolite, le Quatuor Annesci entraîne son public dans une réflexion sur l’entreprise et le rôle du dirigeant.

Les membres du Quatuor reviennent 18 ans en arrière à leurs débuts et nous livrent les secrets qui leur ont permis de devenir un Quatuor 16 cordes et non seulement l’assemblage de 4 instruments. Par métaphore bien sûr, le rapprochement avec le monde de l’entreprise se fait automatiquement. Au final, la salle entière est debout, et nombreux sont ceux qui regrettent déjà de ne pas avoir osé faire le chef d’orchestre le temps d’un instant ! »